L'immigration russe du 20e siècle

Dès les débuts de la révolution bolchévique (1917-1923), plusieurs russes fuient la Russie et un certain nombre émigre au Canada. Ce sont des aristocrates et des intellectuels. Par la suite, une deuxième vague d’émigration russe se fit peu après la deuxième guerre mondiale. Plusieurs de ces russes s’établirent d’abord à Montréal. Par la suite,  certains établirent une résidence secondaire à Rawdon.

Voici ce que M. Vladimir Boldireff, résident de Rawdon, nous a dit de cette communauté russe qui vint s’établir à Rawdon lors d’une entrevue avec la Société d’histoire de Rawdon au printemps 2023

La famille Boldireff

Les parents de Vladimir, Natalia et Oleg Boldireff

Le père Oleg Boldireff a fui la Russie lors de la révolution bolchévique due à la persécution de la religion par les révolutionnaires. Sa terre d’accueil fut la France à Rozay-en-Brie. Il y rencontrera sa future épouse Natalia Maliantovitch. De cette union naîtront cinq fils: Sergueï, Vladimir, Nicolaï , Andreï et Oleg Jr.

 

Le père Oleg et sa famille émigrèrent au Canada en 1948 car le prêtre de l’église St-Pierre et St-Paul, église orthodoxe Russe d’Amérique à Montréal, décéda. 

On demanda au père Oleg de le remplacer car il pouvait célébrer la messe en slavon(1) La famille décida donc de partir de la France pour Montréal. Vladimir qui est né en France en 1942 avait alors 6 ans. Notons que le père Oleg Boldireff est alors toujours un réfugié politique et n’aura enfin sa nationalité canadienne qu’à l’âge de 45 ans.

 

Premier contact avec Rawdon

Leur premier contact avec Rawdon fut à l’été 1949 alors qu’ils louèrent une maison pour une semaine qui était située en face du restaurant Kenny Barbecue, au coin de la rue Queen  et de la 11è avenue Ouest. Cette maison appartenait au Dr. Khazachenko, un Russe qui avait fait construire quatre maisons dans ce quadrilatère. Ils y retournèrent pendant plusieurs étés. À cette époque, la rue Queen du côté nord-ouest se terminait à la 13è avenue. Le père Oleg fit construire un chalet (datcha en russe) sur la 17è avenue dans les années 1950 (NDLR 1955). Il avait acheté ce terrain de M. Georges Rowan qui possédait plusieurs terrains dans la partie nord  de la rue Queen. À cette époque, la 17è avenue finissait à la maison du père Oleg (NDLR: un peu plus loin que la rue Ste-Anne mais pas jusqu’à la rue Morgan). Père Oleg décida alors de construire une petite chapelle jouxtant sa maison un an plus tard. Il la nomma en l’honneur de St- Séraphim de Sarov et elle servait à la célébration de la messe le dimanche pour la famille Boldireff. 

Eglise originale orthodoxe russe, St-Seraphim-de-Sarov; crédit: Alexis Chiriaeff, 1957

Ce croquis a été réalisé par Alexis Chiriaeff époux de Ludmilla Chiriaeff durant leurs séjours en villégiature à Rawdon.   

Le cimetière russe de Rawdon

Le père Oleg comprit que les Russes de Rawdon avaient besoin d’un cimetière dans la municipalité. M. Ross Lawes(2), famille anglaise aisée, donna l’argent au père Oleg pour qu’il achète le futur terrain du cimetière. L’ingénieur M. Skotetsky est celui qui fit les plans du cimetière. Il planifia l’entrée d’eau, d’électricité et les allées. Ce cimetière a été terminé en 1961 et est situé sur la rue Woodland au niveau de la 15è avenue. Plus tard, la chapelle du père Oleg  sera déménagée au cimetière. Le cimetière devait quand même être rattaché à l’église St -Pierre et St-Paul. M. Vladimir Boldireff croit que c’est également M. Skotetsky, quoique avancé en âge, qui aurait également fait les plans du cimetière oecuménique de Rawdon sur la route 337( extension de la 3è avenue vers St Alphonse).

Construction et inauguration de l'église en présence de Mgr Vincent Piette
Cimetière russe de l'église St-Séraphim-de-Sarov

Le père Oleg prit sa retraite du sacerdoce à l’âge de 75 ans car il n’avait plus la force de diriger une paroisse. Durant sa vie religieuse active, père Oleg a établi plusieurs paroisses orthodoxes Russes d’Amérique du Nord surtout aux État -Unis et d’autres au Canada.  Mentionnons Détroit, Vancouver, Rawdon. Ottawa fut la dernière.

 

Vladimir Boldireff

Vladimir Boldireff était professeur d’éducation physique au CEGEP du Vieux Montréal et était féru de volleyball. Avec l’équipe du Y.M.C.A. de Montréal Il a gagné le championnat québécois de volleyball mais pas le championnat canadien de 1966. La Palestre Nationale, sur la rue Cherrier à Montréal,  formait des équipes élites dans plusieurs disciplines, mais n’en avait aucune en volleyball. On demanda à M. Boldireff de former une équipe au niveau juvénile(junior). Et cette équipe fut la meilleure du Québec. Elle gagna le championnat provincial junior et le championnat canadien junior alors que M. Boldireff était  joueur – entraîneur. Cette équipe joua également aux États-Unis dans différentes villes telles que New York, Rochester etc. En 2008, son équipe de la Palestre nationale a été intronisée au Temple de la Renommée de Volleyball Québec.Plus tard, M. Boldirdeff a été demandé pour diriger la section masculine de la Fédération de volleyball du Québec. Cette fédération formait les futurs entraîneurs de volleyball.

 Aussi, Vladimir entraina au volleyball plusieurs nouveaux arrivants à Rawdon, lors de parties amicales entre groupes ethniques.

Participation équipe Palestre Nationale,Colombie,circa 1971
Trophée d'intronisation au temple de la renommé,équipe volleyball Palestre Nationale ,circa 2008

Vladimir Boldireff rencontra sa future épouse lors d’une partie amicale de volleyball entre Russes et Polonais de Rawdon sur le terrain de l’ancien Hotel Look Out Park sur le domaine Pontbriand Sud. Il y rencontra une Polonaise du nom de Marie (Marushka) Czetwertinsky qui était de descendance princière. Quelques deux mois plus tard, ils se marièrent et eurent quatre enfants: Alexandra, Yuri, Vladimir Jr. et Gregory.  Ils venaient à Rawdon pour les vacances d’été dans une petite maison(datcha) que Vladimir avait construite sur la rue Ashland à Rawdon. Plus tard, ils construisirent une grande maison au même endroit qu’ils habitèrent surtout à leur retraite. M. Boldireff nous mentionna qu’après 1960 il y avait beaucoup moins de Russes à Rawdon.

Le couple Marie(Maruska)-Vladimir Boldireff ,circa 2013
Maison familiale de Vladimir et Maroushka , circa 2018

Les Russes de Rawdon

 

Parmi les Russes de la première et deuxième vague d’immigration qui demeurèrent à Rawdon soit l’été ou à leur retraite, il y a eu M. Orloff qui était un vétéran de la première guerre mondiale et qui était armateur. Il avait une datcha à Rawdon. Il y avait aussi M. Kamaroff qui au début des années cinquante avait acheté tous les terrains en partant de la 13è avenue côté Nord Ouest de la rue Queen,  jusqu’à la coulée dite de Rowan (grand ravin au bout de la 17è avenue). Une certaine Mme Jacob possédait une maison en face de celle de M. Tourangeau (qui était dans les environs où la 11è av. rencontre la 12è av.) là on trouve aujourd’hui un petit parc et des casiers postaux (NDLR: Parc PhilipTinkler). Mme Jacob louait des chambres l’été à des Russes et M. Ross Lawes (2)  était un des pensionnaires. Il n’était pas Russe, mais a été impliqué dans l’organisation de certains événements russes à Rawdon que nous verrons plus loin dans le texte.  Sur la 13è avenue on trouvait une certaine Mme Petroffsky, une veuve dont le mari était prêtre à Montréal avant que le père Oleg n’y arrive. 

 

M. Skotetsky, personnage important, était ingénieur de formation et a été impliqué dans la construction du premier pont Champlain. Il a également été impliqué dans la construction du boulevard Métropolitain à Montréal. Il venait à Rawdon l’été et y resta à sa retraite. C’était un cadet Russe et il était membre de l’Église Orthodoxe Russe hors Frontière, l’autre division de l’Église orthodoxe Russe établie au Canada qu’on appelle aussi Notre Dame de Kazan. Un corps de cadets russes était une école  militaire d’élite de niveau secondaire en internat, et ceux qui étaient promus allaient directement aux établissements d’enseignement supérieur.Ils détenaient tous des baccalauréats, des maîtrises  et des doctorats. Il y en avait une à Rostov sur le Don, en Russie, dont le père Oleg Boldireff y avait gradué. Lors de la révolution Bolcheviques, les écoles de cadets quittèrent la Russie pour s’établir en Europe dans des pays comme la Yougoslavie ,la Bulgarie et l’Égypte. L’église Notre Dame de Kazan se trouvait originellement dans une maison située sur la rue Vincent Massey entre la 6è avenue (route 348) et la  1ère avenue (route 337). Elle fut détruite par les flammes et on en construisit une nouvelle sur la rue Sunshine. Deux autres personnages intéressants furent Georges et Marie Levtchouk qui possédaient une maison au coin de la rue Shakespeare et Domaine Pontbriand. Georges a aidé le Père Oleg à bâtir sa chapelle. Il était aussi cadet Russe.

Église orthodoxe russe Notre-Dame de Kazan, circa 2013

 Il a été d’une aide précieuse pour l’église orthodoxe russe hors frontières. Son épouse Marie Levtchouk, était très active et a été  présidente du Centre d’Interprétation Multiethnique, sur la rue Metcalfe à Rawdon, et a été directrice de chorale et d’animation pastorale. Quant à M. Perevlostok(ou Pereklostok), il était président mondial des cadets Russes. Il habitait à Rawdon l’été et y prit sa retraite. Finalement, les Chiriaeff avaient une petite maison en face des Boldireff sur la 17è avenue et étaient très amis avec eux. M. Chiriaeff était artiste et a contribué aux plans de la chapelle du père Oleg. Quant à Mme Ludmilla Chiriaeff,  elle était danseuse de ballet et chorégraphe et elle créa Les Grands Ballets Canadiens. Elle reçut d’ailleurs plusieurs distinctions dont Officier et Compagnon de l’Ordre du Canada pour l’ensemble de son œuvre. Elle repose aujourd’hui au cimetière russe de Rawdon et il y a une statue de bronze de Mme Chiriaeff qui se trouve sur le terrain du Centre d’Interprétation Multiethnique de Rawdon.. Un jeune de Rawdon, Richard Rochon, qui habitait chez sa tante  était ami avec Avde Chiriaeff, un des fils de Ludmillla Chiriaeff, et les visitait. Il remarqua la petite chapelle du père Oleg de l’autre côté de la rue et s’y intéressa. Ce furent ses premiers contacts avec cette religion et aujourd’hui il est archevêque de l’Église Orthodoxe Russe d’Amérique. Son nom de moine est Irénée Rochon.

Les événements Russes à Rawdon

M,Ross Lawes, anglais fortuné, a déjà organisé et financé un camp scout à Rawdon pour les jeunes scouts Russes de Montréal de la paroisse St-Pierre et St Paul. Le frère aîné de Vladimir Boldireff y a participé. Ce camp avait eu lieu en face du Temple de Jéhovah qui est aujourd’hui sur la 6è avenue( route 348). M. Ross Lawes avait acheté ce terrain.

Des camps scouts Russes de Montréal avaient lieu près du lac Aux Sources. Ce lac avait été créé par M. Sakaroff qui avait acheté beaucoup de terrains dans les environs du lac Fer à Cheval. Il défricha beaucoup de terrains et ce lac était alimenté par des sources naturelles. Il fallait passer par le lac aux sources pour aller au lac fer à cheval.  M. Koatsky avait acheté plusieurs terrains avant ceux du lac aux sources. Sur la route 337, plus loin  que le cimetière oecuménique,il y a une grande côte. C’est là en haut de cette côte que M. Koatsky a acheté plusieurs terrains.C’est là que le camp scout Russe se tenait et il pouvait durer jusqu’à un mois. Il y a eu aussi les piqueniques de la paroisse St Pierre et St Paul qui avaient lieu dans le domaine Pontbriand. Ces piqueniques ont débuté dans les années trente alors que la route du domaine Pontbriand était en gravier avec de l’herbe qui pousse au milieu. Le dernier de ces  piqueniques a eu lieu lors des dernières régates au domaine  Pontbriand.